webleads-tracker

Proconseil : Les premiers à vous seconder

Nos racines


Tout commence en 1984…

1984 - 1989, l’origine

Notre histoire commence, alors que dans l’entreprise les effets des chocs pétroliers sont encore très présents. Le taylorisme se meurt. En matière d’organisation, après cinquante ans de règne sans partage, Ford cède peu à peu la place à Toyota. Au service de la diversité, de la flexibilité, de l’efficacité, de nouvelles méthodes et techniques apparaissent. On commence à parler de GPAO, de Kanban, de SMED mais aussi de Juste à Temps, de Flux Tendus, de Qualité Totale. Le modèle Japonais, enrichi des idées de Deming et de Crosby, s’installe comme la nouvelle référence.

C’est dans ce contexte, convaincus de l’ampleur que va prendre ce mouvement du post-taylorisme, que trois ingénieurs passionnés fondent Proconseil. Ils traduisent le livre de Richard Schonberger : Les secrets de la compétitivité mondiale, (Les Editions de l’entreprise, Strasbourg 1987).1er ouvrage en français sur la démarche Lean qui n’en a pas encore le nom, il explique comment appliquer les méthodes japonaises.

1990 - 1993, le défi de l’intelligence

Dans le prolongement naturel des méthodes que l’industrie automobile a mise au point et qui s’étendent à l’ensemble du tissu industriel, une nouvelle idée chemine, celle de tirer parti de la compétence du terrain. On assiste alors au développement des méthodes de management de proximité qui prônent le visuel, le simple et le bon sens ! Le livre « L’usine s’affiche » est écrit par Michel Greif, l’un des fondateurs du cabinet. Alors que les nouvelles technologies permettent la communication à distance, organiser la communication de proximité devient l’une des activités phares d’une équipe Proconseil qui s’étoffe.

L'Usine s'affiche - Michel Greif
L'usine s'affiche de Michel Greif, un livre qui a marqué son époque

1994 - 1998, la pression concurrentielle

Sous une pression concurrentielle de plus en plus forte, les entreprises cherchent à se recentrer sur leur « métier ». Elles s’observent et se comparent. Efficacité se conjugue alors avec rationalisation, élimination des « non-valeurs », simplification, allégement des structures, …Lean, optimisation des flux, deviennent les mots d’ordre. Benchmark, re-engineering, TPM en sont les instruments !

C’est le moment que choisit Proconseil pour développer des méthodes participatives et pour aider ses clients de plus en plus en plus nombreux à repenser leur organisation et à installer le progrès.

1999 - 2003, un monde sans limite

Toujours en mouvement, les entreprises se concentrent, fusionnent. Les marchés deviennent mondiaux. L’explosion d’internet et les nouvelles technologies repoussent les limites géographiques et temporelles. L’efficacité des organisations passe par la vitesse des processus ainsi que par le développement des compétences et de la responsabilisation.

Proconseil continue à se développer et s’organise pour conduire des projets de plus en plus importants. Avec ses clients, le cabinet se déplace aussi au Brésil, en Europe de l’est, à Singapour, au Japon … Il crée le Trophée des équipes autonomes qui montrera la voie à nombre d’entreprises.

2004 - 2009, accélération... et financiarisation

Les cycles de vie des produits et des technologies sont de plus en plus courts. Innover en permanence est une nécessité. Nous entrons de plain pied dans l’économie de l’intelligence et de la connaissance. Pour cela, les entreprises se déploient en développant autour de leur activité principale un réseau de partenaires. La sécurité et la préservation de l’environnement deviennent des préoccupations majeures pour les entreprises responsables.

En arrière plan, la financiarisation de l’économie se renforce inexorablement. Simple bruit de fond à l'origine, elle impose progressivement sa loi. Les entreprises deviennent peu à peu des machines à générer du gain à court terme. Les actions de progrès n’ont plus comme conséquence que de réduire la voilure; attitude suicidaire à terme.

Peu à peu, le résultat économique devient la fin alors que, pour tout véritable entrepreneur, il n'a toujours été que le moyen du développement. Et la crise nous atteint tous fin 2008-2009…

Proconseil, à la demande de ses clients, se déplace dans le monde jusqu’à réaliser 10% de son chiffre d’affaires à l’étranger. L’entreprise est également appelée à mettre en place ses compétences à la disposition d’autres secteurs : la banque, l’assurance, le service font désormais également partie de son univers. Elle confirme sa position de spécialiste des évolutions des organisations.

Haut de page

2010 et au delà

L’Entreprise Pérenne comme cause !

A peine est-il sorti d’une crise financière sans précédent que le monde voit à nouveau les économies vaciller et ses certitudes s’effondrer : libération des énergies dans le sud, catastrophe en chaine au Japon…

Alors que l’on entend souvent dire "j'aimerais bien faire autrement mais je suis enfermé dans le système", "je ne sais plus à quoi je sers"... Proconseil décide de prendre position. Quelle que soit la situation et la maturité économique d’une entreprise, nous croyons qu’en considérant la dimension humaine  à sa juste valeur, la performance globale sera tirée vers le haut.

C’est à notre sens une condition nécessaire à la pérennité de toute entreprise.

L’histoire s’écrit maintenant…